QU’EST-CE QUE LE CBD?

CBD est l’abréviation de cannabidiol qui est l’un des 80 cannabinoïdes (environ) contenus dans le cannabis. Après le tétrahydrocannabinol (THC), principal responsable de l’effet psychotrope du cannabis, le CBD est, en termes de concentration, le deuxième cannabinoïde le plus présent dans cette plante. Toutefois, contrairement au THC, il ne produit pas d’effet psychotrope.

EFFET

Le CBD n’a pas d’effet psychotrope et ne procure donc pas de sentiment d’ivresse («high»). Certains usagers rapportent une sensation de légère détente mais celle-ci pourrait également être due à la teneur résiduelle de THC, susceptible de produire un tel effet sur les personnes non habituées à la consommation régulière de cannabis. Le CBD pourrait également avoir un effet sur l’humeur. En général, les propriétés thérapeutiques de cette molécule ont encore peu été étudiées. On cite toutefois des effets antioxydants, anti-inflammatoires, antiépileptiques, anti-vomitifs, anxiolytiques, antidépressifs et antipsychotiques. La consommation aurait peu ou pas d’effets secondaires.

RISQUES

Les risques de la consommation de CBD sont mal connus. Néanmoins, il est déconseillé de consommer du CBD notamment durant la grossesse, car cette substance est susceptible de réduire la fonction protectrice du placenta et de modifier ses propriétés. Lorsqu’on fume du cannabis à faible teneur en THC mélangé à du tabac, on s’expose à un risque de dépendance à la nicotine. S’y ajoutent les mêmes risques qu’avec la fumée du tabac et qui concernent essentiellement les maladies cancéreuses, cardiovasculaires et pulmonaires. Même fumé pur, sans adjonction de tabac, le cannabis à faible teneur en THC libère, lors de sa combustion, des substances nocives pour la santé.

STATUT JURIDIQUE

Les fleurs de chanvre à teneur élevée en CBD, mais contenant moins de 1% de THC, ne sont pas soumises à la loi sur les stupéfiants. Elles sont considérées comme des succédanés de tabac et comme tels soumis à l’impôt sur le tabac. Quant aux autres produits contenant du CBD, ils sont régis par la législation suisse qui leur est applicable (denrées alimentaires, cosmétiques, objets usuels, produits chimiques). Comme il n’est pas possible de distinguer visuellement le cannabis légal du cannabis illégal, la police saisit en général le cannabis à faible teneur en THC et le fait analyser en laboratoire. Il est ensuite restitué lorsque le résultat de l’analyse montre qu’il ne s’agit pas de cannabis illégal. En raison de la situation juridique, la police souhaite disposer d’un test rapide lui permettant de faire la distinction entre cannabis à faible teneur en THC et cannabis à teneur élevée en THC. Le CBD n’est pas un principe actif autorisé à titre de médicament. Par conséquent, les produits à base de CBD ne peuvent être présentés ou vendus en tant que médicaments. En collaboration avec Swissmedic, l’Office fédéral de la santé publique a publié une notice d’information sur les produits contenant du CBD. Celle-ci donne également un aperçu du cadre légal

 

CIRCULATION ROUTIÈRE

En l’état actuel des connaissances, l’effet du CBD sur la capacité et l’aptitude à conduire est considérée comme négligeable. Toutefois, les succédanés de tabac à base de CBD contiennent de faibles quantités de THC, ce qui peut aboutir au dépassement du taux sanguin de THC autorisé (1,5 microgramme de THC par litre de sang). Dans ce cas, la personne est considérée comme incapable de conduire. Or il est impossible de déterminer si –et à partir de quel moment –la valeur limite est dépassée lorsqu’on consomme ces succédanés de tabac. Par principe, il est donc déconseillé de conduire un véhicule après avoir consommé du cannabis contenant du CBD.

Source : Feuille d’information d’addiction Suisse

Avez-vous 18 ans révolus?